• La mbira qui accompagne les séances de contes et autres Ra'comptines va chauffer mercredi...
     

    AFête de la musique !LBI - Mercredi 21 juin 2017
    à partir de 18h30

    Concert de Mbira Tarn au Cloître Saint-Salvy,  (très certainement côté rue Sainte-Cécile).

     

    Une occasion de découvrir l'instrument dans son répertoire traditionnel et surtout de partager un bon moment !

    Fête de la musique !

     

     


    votre commentaire
  •  

     
      "La Pluie, c'est la Vie"
    conte musical destiné aux tout-petits (6 mois-3 ans)
        de et par Éva HAHN
        Lundi 8 mai 2017 à 16h
        à la M.J.C de Gaillac
         10 avenue de l'Aspirant BUFFET
         81600 - GAILLAC
     
    Ce spectacle est programmé dans le cadre du festival Les Estocades avec le soutien de l'association La Parole Vagabonde.
     

    votre commentaire
  • C'est aujourd'hui !

    La Grange et L'Etable

    Les Abraniès, 81190 Mirandol-Bourgnounac
    Téléphone : 06 87 39 00 40


    votre commentaire
  • Rien de tel qu'une petite expérience pour bien commencer l'année.
    Prenons un grand vase en verre et un panier de cailloux gros comme des oranges. Déposons les cailloux l'un après l'autre dans le vase jusqu'à ras bord.
    Le pot est-il plein  ?
    Vous me répondrez certainement : « Oui ! »
    Le croyez-vous ? Vraiment ?
    Prenons un seau de gravillons et versons-le sur les cailloux. Tous les petits graviers s'infiltrent parmi les gros cailloux, et du fond du vase, grimpent peu à peu au ras du col.
    Le pot est-il plein maintenant ?
    Peut-être que certains le penseront...Mais peut-être aussi que d'autre suggéreront d'y ajouter du sable.
    Prenons donc un sac de sable et répandons-le sur les graviers et les cailloux.
    Et maintenant ?

    Maintenant, est arrivé le temps de tirer les conclusions de cette expérience.
    Cette expérience nous dit ceci : les gros cailloux doivent être mis les premiers.
    Ma question est donc celle-ci : pour vous, pour votre vie, quels sont les gros cailloux, les choses les plus importantes ? Votre famille ? Vos amis ? Réaliser vos rêves ? Quoi que vous choisissiez, ils sont prioritaires. Si vous faites passer d'abord le sable, les graviers, bref, les petites choses, vous n'aurez plus assez de place, plus assez de temps pour les grandes.
    Demandez-vous : « Quels sont mes gros cailloux ?».
    Que chacun trouve sa réponse.

    Bons voeux et gros cailloux (ou l'inverse !)


    Pour ma part, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter
    une bonne et heureuse année 2017...

    Bien ancrée sur vos gros cailloux !

    D'après "Les gros cailloux", un conte à retrouver dans "Petits contes de sagesse pour temps turbulents" d'Henri Gougaud.


    votre commentaire
  • Ce dimanche 25 décembre, 2016,
    un petit conte en guise de cadeau
    (à partager sans modération !)

    Un homme, veuf, de pauvre condition, élevait difficilement deux fils.

    L'un était d'un naturel joyeux, très optimiste. Il prenait la vie du bon côté. L'autre était au contraire d'humeur toujours sombre, ne pensant qu'au malheur, incapable de joie.

    Comme la fête de Noël approchait, le père se demanda quels cadeaux il pourrait offrir à ses deux fils. Il retira de la banque ses très maigres économies, il emprunta quelques pièces à ses voisins, et il acheta, d'occasion, une montre pour son fils pessimiste.

    Il ne lui restait rien pour offrir le moindre cadeau à son autre fils, quand en marchant dans une rue, il vit un âne lâcher du crottin devant lui.

    Il ramassa ce crottin, l'enveloppa du mieux qu'il put dans un papier argenté qu'il trouva dans une poubelle, noua un ruban rouge tout autour, et le disposa sous l'arbre de Noël, à côté de la montre qui était également empaquetée.

    Lorsque le soir de Noël arriva, le fils à l'humeur sombre ouvrit son paquet, y trouva la montre et la glissa à son poignet, sans un mot, sans aucune apparence de joie.

    - Alors lui demanda une voisine, le lendemain. Tu as vu cette belle montre que ton père t'a achetée ? Tu es content au moins ?

    Le garçon secoua la tête. Non, il n'était pas content.

    - Mais pourquoi ? Demanda la voisine.

    - Parce que, dit-il tristement, chaque fois que je baisse les yeux sur mon poignet, je vois les secondes qui passent, et les minutes, et les heures. Je vois que le temps qui me reste à vivre se raccourcit et que je m'approche de la mort.

    - Et toi ? Demanda la voisine à l'autre garçon. Qu'est-ce que tu as eu comme cadeau ?

    - Un cheval ! Répondit-il joyeusement.

    Et il ajouta aussitôt :

    - Mais il est parti !

    "Les deux cadeaux", extrait des "Contes philosophiques du monde entier. Le cercle des menteurs 2" de Jean-Claude Carrière.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique