• C'est aujourd'hui !

    La Grange et L'Etable

    Les Abraniès, 81190 Mirandol-Bourgnounac
    Téléphone : 06 87 39 00 40


    votre commentaire
  • Rien de tel qu'une petite expérience pour bien commencer l'année.
    Prenons un grand vase en verre et un panier de cailloux gros comme des oranges. Déposons les cailloux l'un après l'autre dans le vase jusqu'à ras bord.
    Le pot est-il plein  ?
    Vous me répondrez certainement : « Oui ! »
    Le croyez-vous ? Vraiment ?
    Prenons un seau de gravillons et versons-le sur les cailloux. Tous les petits graviers s'infiltrent parmi les gros cailloux, et du fond du vase, grimpent peu à peu au ras du col.
    Le pot est-il plein maintenant ?
    Peut-être que certains le penseront...Mais peut-être aussi que d'autre suggéreront d'y ajouter du sable.
    Prenons donc un sac de sable et répandons-le sur les graviers et les cailloux.
    Et maintenant ?

    Maintenant, est arrivé le temps de tirer les conclusions de cette expérience.
    Cette expérience nous dit ceci : les gros cailloux doivent être mis les premiers.
    Ma question est donc celle-ci : pour vous, pour votre vie, quels sont les gros cailloux, les choses les plus importantes ? Votre famille ? Vos amis ? Réaliser vos rêves ? Quoi que vous choisissiez, ils sont prioritaires. Si vous faites passer d'abord le sable, les graviers, bref, les petites choses, vous n'aurez plus assez de place, plus assez de temps pour les grandes.
    Demandez-vous : « Quels sont mes gros cailloux ?».
    Que chacun trouve sa réponse.

    Bons voeux et gros cailloux (ou l'inverse !)


    Pour ma part, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter
    une bonne et heureuse année 2017...

    Bien ancrée sur vos gros cailloux !

    D'après "Les gros cailloux", un conte à retrouver dans "Petits contes de sagesse pour temps turbulents" d'Henri Gougaud.


    votre commentaire
  • Ce dimanche 25 décembre, 2016,
    un petit conte en guise de cadeau
    (à partager sans modération !)

    Un homme, veuf, de pauvre condition, élevait difficilement deux fils.

    L'un était d'un naturel joyeux, très optimiste. Il prenait la vie du bon côté. L'autre était au contraire d'humeur toujours sombre, ne pensant qu'au malheur, incapable de joie.

    Comme la fête de Noël approchait, le père se demanda quels cadeaux il pourrait offrir à ses deux fils. Il retira de la banque ses très maigres économies, il emprunta quelques pièces à ses voisins, et il acheta, d'occasion, une montre pour son fils pessimiste.

    Il ne lui restait rien pour offrir le moindre cadeau à son autre fils, quand en marchant dans une rue, il vit un âne lâcher du crottin devant lui.

    Il ramassa ce crottin, l'enveloppa du mieux qu'il put dans un papier argenté qu'il trouva dans une poubelle, noua un ruban rouge tout autour, et le disposa sous l'arbre de Noël, à côté de la montre qui était également empaquetée.

    Lorsque le soir de Noël arriva, le fils à l'humeur sombre ouvrit son paquet, y trouva la montre et la glissa à son poignet, sans un mot, sans aucune apparence de joie.

    - Alors lui demanda une voisine, le lendemain. Tu as vu cette belle montre que ton père t'a achetée ? Tu es content au moins ?

    Le garçon secoua la tête. Non, il n'était pas content.

    - Mais pourquoi ? Demanda la voisine.

    - Parce que, dit-il tristement, chaque fois que je baisse les yeux sur mon poignet, je vois les secondes qui passent, et les minutes, et les heures. Je vois que le temps qui me reste à vivre se raccourcit et que je m'approche de la mort.

    - Et toi ? Demanda la voisine à l'autre garçon. Qu'est-ce que tu as eu comme cadeau ?

    - Un cheval ! Répondit-il joyeusement.

    Et il ajouta aussitôt :

    - Mais il est parti !

    "Les deux cadeaux", extrait des "Contes philosophiques du monde entier. Le cercle des menteurs 2" de Jean-Claude Carrière.

     

     


    votre commentaire
  • 3, 2, 1...Sortez !!!

    affiche JPEG.jpg

    Contes en balade dans le Tarn commence ce vendredi 30 septembre 2016.

    De belles occasions, jusqu'au 16 octobre, d'aller écouter de talentueux conteuses et conteurs.

    Alors votre agenda dans une main, le programme de Contes en balade dans l'autre, notez ces rendez-vous à ne pas manquer.

    Au plaisir de vous y retrouver !


    votre commentaire
  • Les enfants conteurs...Retour sur le stage "Je conte, tu racontes, nous imaginons" qui s'est déroulé le 20 et 21 avril 2016 à la Maison des Jeunes et de la Culture d'Albi.

    Deux jours à s'embarquer dans des histoires les plus farfelues les unes que les autres.

    Nous avons joué... Un peu... Nous avons raconté... Beaucoup... Nous nous sommes amusés... Enormément !

    Certains de ces enfants conteurs ont souhaité garder une trace sonore de ces moments partagés. C'est pour eux que nous mettons en ligne ces enregistrements (effectués en une seule prise, il n'y avait aucun objectif de restitution ou d'une quelconque performance).

    J'ai conté, tu as raconté, nous avons imaginé, vous allez vous régalez ! Voici quelques morceaux choisis de notre périple...

    Après avoir nommé nos continents imaginaires, nous avons dessiné le personnage ou l'objet qui le symbolisait le mieux pour chacun d'entre nous et nous avons créé des liens...Cette histoire sans nom en est le fruit. Elle aurait pu s'appeler "La rencontre des continents".

    Puis nous sommes allés chercher l'inspiration sur l'Echappée verte. Là, les enfants se sont mis en quête de l'origine du monde, puisant si nécessaire, quelques jokers dans le SAKAMO.

    Trois histoires aux personnages rocambolesques ont fleuri lors de cette balade. Un titre est resté : "La graine et le crapaud" et, reprenant les mots de Lola, quelques histoires d'amitié sont nées.

    Le lendemain, nous avons cherché à revenir sur nos traces, mais le vent de nos rêves ayant effacé nos pas, ce sont donc sur de tout autres chemins que nous nous sommes engagés.

    Quelques bribes d'une longue histoire où se mêle roi, princesse, sorcière, gorille et... Squelette sur une balançoire !

     

    Les enfants conteurs, ce sont aussi ceux qui nous ont fait cadeau de leurs histoires.

     

     

    Méline, 7 ans, très motivée par l'idée de venir au stage, avait préparé la veille "Le cobra de Méline", une histoire sans parole (ou presque !) composée de 14 dessins. Beaucoup d'humour et un bon coup de crayon pour un futur Kamishibaï (petit théâtre japonais) ?!

     

     

     

    Pour Elise, 9 ans, c'est au rentrant à la maison, après le premier jour de stage, que l'histoire "Gourmand de Londres" lui est venue.

    Encore merci aux enfants conteurs : Anaëlle, Elise, Ambre, Méline, Lola, Lou, Loïs, Yvan et Thomas, à Jennifer aussi qui s'est embarquée dans l'aventure, sans oublier l'équipe de la MJC d'Albi qui a permis de l'organiser.

    Enfin une pensée amicale pour Ludovic Souliman...Un conteur au souffle d'humanité très inspirant...


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique