• Un jour, un brave homme, déçu de la façon dont les politiciens gouvernaient le pays, décida de créer un Parti des Honnêtes Gens. Hélas, cette idée eut tant de succès que tous les voleurs s'y inscrivirent... et ils étaient parmi les plus forts à crier contre la corruption des mœurs, les injustices et les inégalités. Ils jugèrent même bientôt que le brave homme était trop mou et trop timoré pour diriger un Parti des Honnêtes Gens. Il fallait pour cela des hommes à poigne. Ils le mirent sans vergogne dehors et prirent la tête de la direction du parti. Ils se battirent entre eux comme des loups, et les plus voleurs, ceux qui n'avaient peur d'aucun coup bas, d'aucune trahison, accédèrent au plus hautes instances. Ils menèrent alors un telle campagne, promettant à tous monts et merveilles, qu'ils furent élus par le grand troupeau des naïfs. Ils purent ainsi détrousser en parfaite légalité tous les vrais honnêtes gens...

    Une fable de Michel Piquemal à méditer en ce jour de Grand Débat...

     


    votre commentaire
  • Aux fables, Citoyens !

     

     

     

    Les philo-fables pour vivre ensemble de Michel Piquemal et Philippe Lagautrière, Albin Michel, 2009.


    votre commentaire
  • Rien de tel qu'une petite expérience pour bien commencer l'année.
    Prenons un grand vase en verre et un panier de cailloux gros comme des oranges. Déposons les cailloux l'un après l'autre dans le vase jusqu'à ras bord.
    Le pot est-il plein  ?
    Vous me répondrez certainement : « Oui ! »
    Le croyez-vous ? Vraiment ?
    Prenons un seau de gravillons et versons-le sur les cailloux. Tous les petits graviers s'infiltrent parmi les gros cailloux, et du fond du vase, grimpent peu à peu au ras du col.
    Le pot est-il plein maintenant ?
    Peut-être que certains le penseront...Mais peut-être aussi que d'autre suggéreront d'y ajouter du sable.
    Prenons donc un sac de sable et répandons-le sur les graviers et les cailloux.
    Et maintenant ?

    Maintenant, est arrivé le temps de tirer les conclusions de cette expérience.
    Cette expérience nous dit ceci : les gros cailloux doivent être mis les premiers.
    Ma question est donc celle-ci : pour vous, pour votre vie, quels sont les gros cailloux, les choses les plus importantes ? Votre famille ? Vos amis ? Réaliser vos rêves ? Quoi que vous choisissiez, ils sont prioritaires. Si vous faites passer d'abord le sable, les graviers, bref, les petites choses, vous n'aurez plus assez de place, plus assez de temps pour les grandes.
    Demandez-vous : « Quels sont mes gros cailloux ?».
    Que chacun trouve sa réponse.

    Bons voeux et gros cailloux (ou l'inverse !)


    Pour ma part, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter
    une bonne et heureuse année 2017...

    Bien ancrée sur vos gros cailloux !

    D'après "Les gros cailloux", un conte à retrouver dans "Petits contes de sagesse pour temps turbulents" d'Henri Gougaud.


    votre commentaire
  • Ce dimanche 25 décembre, 2016,
    un petit conte en guise de cadeau
    (à partager sans modération !)

    Un homme, veuf, de pauvre condition, élevait difficilement deux fils.

    L'un était d'un naturel joyeux, très optimiste. Il prenait la vie du bon côté. L'autre était au contraire d'humeur toujours sombre, ne pensant qu'au malheur, incapable de joie.

    Comme la fête de Noël approchait, le père se demanda quels cadeaux il pourrait offrir à ses deux fils. Il retira de la banque ses très maigres économies, il emprunta quelques pièces à ses voisins, et il acheta, d'occasion, une montre pour son fils pessimiste.

    Il ne lui restait rien pour offrir le moindre cadeau à son autre fils, quand en marchant dans une rue, il vit un âne lâcher du crottin devant lui.

    Il ramassa ce crottin, l'enveloppa du mieux qu'il put dans un papier argenté qu'il trouva dans une poubelle, noua un ruban rouge tout autour, et le disposa sous l'arbre de Noël, à côté de la montre qui était également empaquetée.

    Lorsque le soir de Noël arriva, le fils à l'humeur sombre ouvrit son paquet, y trouva la montre et la glissa à son poignet, sans un mot, sans aucune apparence de joie.

    - Alors lui demanda une voisine, le lendemain. Tu as vu cette belle montre que ton père t'a achetée ? Tu es content au moins ?

    Le garçon secoua la tête. Non, il n'était pas content.

    - Mais pourquoi ? Demanda la voisine.

    - Parce que, dit-il tristement, chaque fois que je baisse les yeux sur mon poignet, je vois les secondes qui passent, et les minutes, et les heures. Je vois que le temps qui me reste à vivre se raccourcit et que je m'approche de la mort.

    - Et toi ? Demanda la voisine à l'autre garçon. Qu'est-ce que tu as eu comme cadeau ?

    - Un cheval ! Répondit-il joyeusement.

    Et il ajouta aussitôt :

    - Mais il est parti !

    "Les deux cadeaux", extrait des "Contes philosophiques du monde entier. Le cercle des menteurs 2" de Jean-Claude Carrière.

     

     


    votre commentaire
  • Mercredi 21 décembre 2016, Rendez-vous des Parents au centre social de Valdéries pour fêter le solstice d'hiver.

    Tintement de grelots, ombre d'un traineau...

    Le Vieux Bonhomme au manteau rouge, s'est invité pour une contée lointaine. Il nous a fait voir du pays. Sur ses traces, nous avons traversé les forêts, les montagnes et les océans et fait de multiples rencontres..

    Un point rouge à l'horizonUn riche marchand japonais lui a vendu un de ses plus beaux tissus rouges. Sur une petite île de l'Océan Pacifique, c'est le chat Gaston qui a endossé son costume. Et en Finlande, un vaillant petit bonhomme de neige nous a tracé le chemin...

    Vous n'étiez pas au Rendez-vous des Parents ?

    Découvrez le livre qui a inspiré ce chemin, en parcourant le magnifique album de Thierry Dedieu "A la recherche du Père Noël" (références du livre Dans l'coin biblio).


    votre commentaire